EUSKADI ☀️

J’aurais voulu vous raconter mes vacances au Pays Basque comme je vous raconte d’habitude mes aventures. J’aurais voulu vous emmener là-bas, tout en légèreté, histoire de prolonger l’été. Mais la grisaille, les nuages qui m’accueillent en ouvrant mes volets le matin, le retour des plaids / sweatshirts douillets / thé… sont autant de raisons pour donner une couleur différente à cet article. Aujourd’hui il fait froid, aujourd’hui je suis nostalgique…

J’écoute Manathan Kaboul et je repense à ces 12h de route jusqu’en Gironde, où tu as dû me supporter, moi qui chante à tue-tête, même quand les paroles m’échappent carrément, moi qui imite des voix qui n’existent pas. Et la Gironde… 2 jours à manger beaucoup, à rire énormément. 2 jours pour revoir ma famille, et nous voilà déjà à nouveau sur la route, direction la Côte des Basques.

L’idée de retourner au Pays-Basque me trottait dans la tête depuis quelques temps. Je ne savais pas quand, mais je savais que pertinemment que ça serait ma destination de vacances. Tu avais aussi cette idée en tête alors on s’est mises d’accord, et trois mois plus tard, tu es là, chez moi, et c’est comme quelque chose d’incroyable. Europa-Park, ce n’était que le début, parce que quelques jours plus tard, on était les pieds dans l’eau.

🌊🚶🏻‍♀️🌊🚶🏻‍♀️🌊🚶🏻‍♀️🌊🚶🏻‍♀️🌊🚶🏻‍♀️🌊🚶🏻‍♀️🌊🚶🏻‍♀️🌊🚶🏻‍♀️🌊🚶🏻‍♀️🌊

Tu te souviens le premier jour ? On a commencé à marcher sur la route du littoral, sans but précis, et on s’est arrêtées tous les deux minutes pour prendre des photos. On avait déjà 12km dans les pattes, mais surtout des étoiles plein les yeux. La couleur de l’eau, la roche, la verdure, le bruit des vagues… ça m’avait manqué, vraiment. Et aujourd’hui, ça me manque encore plus, cet apaisement, ce calme, ce sentiment de marcher sur l’eau…

🌲🌈🌲🌈🌲🌈🌲🌈🌲🌈🌲🌈🌲🌈🌲🌈🌲🌈🌲

“Promenons-nous dans les bois…”, “1km à pied, ça use ça use, 1km à pied, ça use les souliers… 2km à pied….”. J’avais tellement envie de bouger, de découvrir des choses incroyables, de voir des choses nouvelles. Tu m’as suivi, sans te poser de question. Je n’ai pas été déçue. On est (encore) reparties pour 2h sur la route, à travers l’Espagne, jusqu’à Kortezubi…en chantant ?. Je voulais la voir cette forêt de Oma, avec ses “bosque pintado”, depuis la fois où j’étais tombée sur une photo sur instagram. Mais il fallait la mériter, et marcher un peu plus de 3km avant d’atteindre les fameux arbres. Mais le jeu en vallait vraiment la chandelle. On a réussi à se tromper de chemin, mais peu importe, on a vu de jolies choses, on a marché comme des randonneuses, presque, et j’ai râlé pas mal, aussi… Tu me pardonnes hein ?

🚂🐴⛰🚂🐴⛰🚂🐴⛰🚂🐴⛰🚂🐴⛰🚂🐴⛰🚂

C’est ce jour là qu’on en a le plus bavé. Déjà parce qu’il y avait la blinde de monde, mais aussi parce qu’on s’est pris le coup de soleil de l’année. On voulait redescendre à pied, mais on a finalement opté pour la méthode de feignasses. Est-ce qu’on a fait le bon choix au vue de la file d’attente pour redescendre en petit train à crémaillère ? Encore aujourd’hui je me pose la question ! Mais pour moi ce jour là, c’était aussi une grosse angoisse : des poneys, des poneys partout. J’ai une peur bleue des chevaux, petits, moyens ou grands, alors les voir comme ça en liberté, c’était mon Koh Lanta à moi. J’ai réussi à en approcher un, un bébé pottok. “Les pottoks sont nos amis” jusqu’au moment où il a décidé de te pincer ?. On est bien là haut, perchées sur la montagne, à regarder l’océan de loin. La prochaine fois, je pense que je le ferai à pied !

🌅📸🌅📸🌅📸🌅📸🌅📸🌅📸🌅📸🌅📸🌅📸🌅

As the rain, keeps pouring down on me, and the sky is the only thing I see, and my troubles are gone with the wind, it’s just me, and the ground beneath my feet. I feel so alive. Oh I feel so alive“. C’est exactement ce que j’ai ressenti, ce soir là : cette liberté, ce moment où on se sent réellement vivant, avec cette envie démesurée de croquer la vie à pleine dent. Quand tu es sur la falaise, face à la mer, à contempler le coucher de soleil, tout devient silencieux, tout devient si petit face à la grandeur du paysage. Il n’y a rien de plus doux, rien de plus merveilleux. La nature nous offre des instants magiques. Profitez de ça, levez les yeux et contemplez tout ce qui vous entoure.

⛵️🐠⛵️🐠⛵️🐠⛵️🐠⛵️🐠⛵️🐠⛵️🐠⛵️🐠⛵️🐠

Je vois encore la vaguelette atterrir sur toi, j’ai le droit d’en rire encore ? Tu aurais vu ta tête, ma Chouquette… On a un bol incroyable durant cette semaine, on passe à chaque fois à travers les gouttes de pluie…presque…

☔️🌧☔️🌧☔️🌧☔️🌧☔️🌧☔️🌧☔️🌧☔️🌧☔️🌧☔️

La pluie ne nous a pas démotivées. On en a profité pour se balader dans les patelins alentours, jusqu’à Espelette, même sous des gouttelettes dignes du Nord. C’est déjà la fin de la semaine, mais une dernière chose nous attends, et c’est bien moi la plus excitée. Et je me rends compte de la chance que j’ai de pouvoir vivre ces moments là. Je me rends compte de la chance que j’ai d’avoir des amis en or, d’avoir une amie comme toi, qui accepte de me suivre.

On a dit au revoir à Ciboure, mais on n’allait pas très loin : Anglet. Le festival de la chambre d’amour. Vianney. Et John Mamann, on ne l’oublie pas quand même. Et là, je peux chanter ? LOVE LIIIIIIFE LALALALALA LALALALALALALALA LOVE LIIIIIIIFE ? C’est devenu notre deuxième hymne de la semaine, au final. Tu ne peux pas imaginer à quel point, à cet instant précis, je suis la plus heureuse du monde 😍 .

🎸🔥🎸🔥🎸🔥🎸🔥🎸🔥🎸🔥🎸🔥🎸🔥🎸🔥🎸

Après avoir assisté à une partie des balances, après avoir pu lui parler un petit peu, après avoir pu lui faire un énorme câlin, c’était le moment du concert. C’est John qui a commencé, et s’en est suivi mon caneton ?. Et une fois encore, j’étais transportée, sur un nuage. On était presque tout devant, mais on a du très vite partir à cause de la route qui suivait. Il fallait rentrer à Bordeaux, réveiller mon cousin, et le lendemain, c’était la journée la plus difficile qui nous attendait. Mais malgré le peu de temps que j’ai pu passer en sa compagnie, c’était grandiose. J’ai enfin pu entendre en live “Notre Dame des Oiseaux”, et c’est “Veronica” qui nous a accompagné vers la sortie.

On s’est levée une petite poignée d’heures après s’être couchées. On est reparties direction, Bordeaux Saint-Jean. Et aujourd’hui, en écrivant ça, c’est comme si je te disais au revoir une deuxième fois ma Chouquette, sur le trottoir en face de la gare. C’est comme si mon cœur se serrait à nouveau à l’idée de te voir partir. Les yeux humides, la gorge nouée. Aujourd’hui tu me manques, plus qu’hier. Aujourd’hui je revis à travers ces lignes notre semaine de vacances. Aujourd’hui j’ai envie de te remercier d’avoir croisé mon chemin, parce que je sais que je pourrais toujours compter sur toi. On ne s’écrit peut être pas tous les jours, mais tu n’es jamais loin dans mes pensées. J’ai hâte de revivre une nouvelle aventure avec toi, peu importe la destination, peu importe la durée. Tu es une personne formidable, ne l’oublie jamais.

Musu

signature nathou jolies choses blog cinéma theatre voyages musique

Posté le 04/11/2016


'ON FAIT COUCOU
LES P'TITS GARS'

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Chouquette Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Chouquette
Invité
Chouquette

Oh mais quelles vacances… 👌🏻
Je t’aime mon chat 💛