J’ENVOIE
🔊 DU GROS SON ! 🔊

De prime abord, je n’aurais pas été voir Aldebert spontanément. Je ne le connaissais qu’à travers Les amoureux, son duo formidable avec Claire Keim. A part ça, je n’avais même jamais eu ne serait-ce que la curiosité d’aller écouter ses autres chansons. Alors pourquoi se rendre à ce concert me direz-vous ? Et bien, pour écouter DU GROS SON pardi !

thumbnail concert aldebert zenith strasbourg europe

La vraie raison, celle qui m’a réellement motivé à y aller, n’était autre que la présence de Claire, invitée sur quelques dates de la tournée. Bon, la dernière fois qu’elle a été invitée sur la scène du Zénith pour un concert, c’était pour les Forever Gentlemen et ça avait été un bel échec puisqu’elle n’était finalement pas venue… Mais là, c’était différent. Et la (re)voir sur scène, c’était tout ce qu’il me fallait à ce moment-là. Le 30 novembre, avec Pépito, nous avons donc pris la route en direction d’Eckbolsheim et son Zénith orange décoloré par les saisons qui s’enchaînent, sans savoir à quoi s’attendre d’un concert plutôt destiné aux enfants.

Pour faire patienter les petits et grands enfants avant le début du spectacle (parce que oui, au-delà d’un concert, c’est un vrai spectacle, avec des danseurs, des jongleurs, des acrobates…), nous avons appris à fabriquer un orage, avec la pluie, le vent et le tonnerre. Comment ? Et bien quand on est à peu près 8000 personnes dans une pièce, et que chacun tappe avec un doigt la paume de sa main, on crée de la pluie. Quand en même temps, on saute tous à peu près au même moment, raisonne le tonnerre. Et enfin, quand tout le monde souffle délicatement, multiplié par 8000 personnes, ça fait une bourrasque de vent. J’ai trouvé ça original, et Pépito et moi nous sommes prêtés au jeu facilement. On est de grands enfants voyez-vous… 😉

Mais Aldebert, c’est qui finalement ? L’ami Wiki me dit qu’il est de Besançon, et que grosso-modo entre le lycée et ses 35 ans, il va être porté sur le Rock Métal, avec des textes qui évoquent largement la nostalgie de l’enfant, avant de sortir des albums de chansons pour enfants à partir de 2008. 4 albums Enfantillages sortent, toujours en association avec de nombreux artistes, comme Maxime le Forestier, Renan Luce, Louis Chedid, Oldelaf, Tryo… et bien sûr, Claire Keim.
Ha et pssst, pour la petite info inutile : lorsque je travaillais à Montbéliard, l’informaticien de l’association dans laquelle j’étais embauchée (association dont le siège était à Besançon) était Bisontin. Au détour d’une conversation, j’ai appris qu’il était informaticien, et parfois violoniste pour Aldebert.
Bref, on arrive à ce fameux 30 novembre 2019, pour les dernières dates de la tournée de Enfantillages 3.

Le décor sur scène est très bien réalisé, et représente un morceau de Rue, avec des maisons, de la verdure, un puits, des escaliers…
Les lumières se tamisent, et les premières notes retentissent. Les premières notes, et la première silhouette, qui est féminine. C’est Claire et sa voix que j’aime tant (et qui me manque tant), si douce et si belle. Elle ouvre ce concert, la tête par la fenêtre de toit du 90 Rue des Granges. Je n’ai pas pu contenir mon émotion à ce moment-là. J’ai regardé Pépito, des étoiles pleins les yeux, et je lui ai serré la main. C’était si chouette de la voir sur scène. Je crois qu’à ce moment-là, précisément, pas prête à ce que ce soit elle qui débarque tout de suite, mon coeur s’est un peu serré, et je n’écoutais pas vraiment les paroles ou la chanson, je l’écoutais juste elle, sans la quitter du regard. Je me sentais bien, comme sur un nuage.

On commence le spectacle à la fin de l’été avec la rentrée de classes, et les saisons s’enchaînent, jusqu’aux grandes vacances. Je remarque en écoutant les morceaux qui se suivent que les textes sont pour la plupart truffés d’humour, avec un petit soupçon de naïveté, et toujours un peu d’ironie surtout quand il est question du point de vue “parents”. C’est un reflet de notre société, lorsqu’on est un enfant et lorsqu’on a des enfants. C’est ce qui fait la force d’Aldebert. Il manie la plume avec brio, mêlant rimes et jeux de mots. C’est intelligent, ça a du sens, c’est très plaisant, même pour les plus grands.

Aldebert et les invités passent dans le public, à la rencontre des enfants, répond à quelques unes de leurs questions. Les enfants ne restent pas assis, ils descendent des gradins vers le parterre pour danser, s’amuser. C’est certain qu’un concert comme celui-là est très bruyant, avec un bruit de fond permanent. Une vraie ambiance “bon enfant” comme on les aime. Le moment le plus marquant et où on passé de morts de rire à “mais whaaaaat ?!” avec Pépito, aura été la chanson “Super Mamie”, lorsque Aldebert a invité une mamie, Simone, à rejoindre la troupe sur scène. On lui a mis une superbe cape, et pour finir la chanson, il lui a été proposé un petit tour en crowd surf. Après une explication/traduction du terme, Super Mamie du jour s’est finalement jetée dans le public.

En conclusion, je dirais que c’était une très agréable surprise, et je ne regrette pas du tout d’y avoir mis les pieds. Je n’ai pas boudé mon plaisir, et j’écoute maintenant régulièrement les albums Enfantillages. De quoi se réjouir d’emmener un jour petit neveu ou petite nièce à ce genre de spectacle !

Mes petites préf’ ? On en a marre de Noël, Super Mamie, La vie c’est quoi ?, Les amoureux (bien sûr), On ne peut rien faire quand on a un p’tit, et… Du gros son (évidemment) !

Somnambules
Capucine
La vie d’écolier
Rentrée des classes
Joli zoo
J’ai peur du noir
L’apprenti dracula
Le bonhomme de neige
La vie c’est quoi ?
Les super-pouvoirs pourris
Les amoureux
Les questions
Hyperactif / The Final Countdown
Aux âmes citoyens
Plus tard quand tu seras grand
J’ai dix ans
La maison monde
Le grand voyage
Du gros son
Super Mamie
Madame nature
Trois pommes

Psssst,
c’est par ici :

Posté le 16/02/2020


'ON FAIT COUCOU
LES P'TITS GARS'

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments