• Accueil
  • A la une
  •  > J’AI TESTÉ POUR VOUS… #19
    QU’EST CE QU’ON A ENCORE FAIT AU BON DIEU ?
    de PHILIPPE DE CHAUVERON

J’AI TESTÉ POUR VOUS… #19
QU’EST CE QU’ON A ENCORE FAIT AU BON DIEU ?
de PHILIPPE DE CHAUVERON

Le 31 janvier dernier est sortie une comédie très très très attendue : Qu’est ce qu’on a encore fait au bon Dieu ?, suite du film aux 12,3 millions d’entrées en 2014. Qu’est ce qu’elle nous avait manqué, la famille Verneuil… 😉.

Le 1er janvier étaient organisées des avant-premières un peu partout en France. Parfait pour bien commencer l’année. Dans mon petit cinéma de quartier, le film passait dans “la grande salle” presque comble.

Comme pour tout n°2, il y a cette appréhension du moins bien. Parfois il vaut mieux rester sur le succès du premier, et ne jamais remettre le couvert. Souvent, il faut savoir s’arrêter à temps. Là, j’étais à la fois impatiente de voir ce qu’ils nous avaient mijotés, et craintive, parce que c’était un pari osé et loin d’être gagné d’avance que de faire aussi bien que le premier. Alors ? Pari réussi ? A mon sens, c’est un grand OUI, même si c’est plus contenu que le premier.

Pour les Verneuil, plus de problème de mariage. Pour autant, les gendres ont le mal du pays… Sauf Charles. Son problème à lui, c’est de ne pas réussir à percer en tant qu’acteur en France parce qu’il est noir. Ils décident donc tous de quitter la France, au plus grand dam de Marie Verneuil, qui, avec l’aide de Claude, va inventer des stratagèmes pour leur rappeler que leur pays, c’est la France.

Christian Clavier reprend sa casquette de notaire embourgeoisé qui ferait tout pour sa femme (ou plutôt, pour qu’elle arrête de lui casser les pieds), pendant que Chantal Lauby se lance dans une course contre la montre pour garder ses filles près d’elle.

Source : Allocine

Les gendres, toujours les mêmes, ont chacun leur bonne raison de vouloir partir : David (Ary Abittan) enchaîne les échecs professionnels. Chao (Frédéric Chau) remarque que les agressions racistes envers les chinois ne font qu’augmenter et ne veut pas que ses filles aient peur en sortant dans la rue. Rachid (Medi Sadoun, qui a des cheveux !) en a marre d’être catalogué comme L’Avocat des femmes en Burka/Burkini. Et Charles (Noom Diawara) n’arrive pas à se faire un nom et veut se tenter sa chance à Bollywood.

Les gendres ont une place centrale dans ce volet, laissant les filles un peu de côté. Dans la vie comme à l’écran, leur complicité ne fait aucun doute. Chacun apporte le petit quelque chose qu’on leur connait. Ils sont aussi fous les uns que les autres, et ça se ressent dans le film. C’est frais, c’est vivant, c’est drôle. Une belle bande de potes, plaisante à retrouver.

Source : Allocine

Hors de question pour Marie de laisser faire et de voir ses filles (et par voie de conséquence, petits-enfants) partir, d’autant plus qu’elle revient d’un voyage à travers les différents pays d’origine de ses gendres et que le dépaysement a été a priori plutôt rude. Tous les coups sont permis pour rester une famille unie. Ajoutez à cela un migrant caricaturé à souhait refourgué par le curé du village (pour le plus grand bonheur de Claude) et vous obtiendrez une famille Verneuil détonante, avec une Chantal Lauby toujours aussi excellente.

Source : Allocine

Source : Allocine

Le mariage et la mixité culturelle restent à l’honneur dans ce deuxième volet. Si les filles Verneuil sont mariées, ce n’était pas le cas de Viviane (Tatiana Rojo), la fille d’André Koffi (Pascal NZonzi). Mais comme rien ne se passe normalement dans la famille, vous vous doutez bien qu’il y a un loup… Après avoir mis Claude à rudes épreuves dans le premier volet, c’était au tour d’André de connaitre quelques déconvenues. Viviane va enfin se marier, et en France. Rien ne peut entacher la joie de son père…jusqu’à LA fameuse rencontre. Le choix de faire un petit clin d’œil au premier film s’intègre parfaitement bien avec l’ambiance du deuxième, sans pour autant faire de répétition.

Source : Allocine

Vous l’aurez compris, deux points sont centraux dans ce deuxième volet : la place du “français d’origine…” en France et le mariage pour tou(te)s. L’arrivée en France de la famille Koffi va donc faire émerger cette deuxième histoire, plus profonde et plus touchante : est-ce qu’un père peut mettre de côté ses principes et valeurs morales par amour pour sa fille ? Quand il y a une histoire de culture et coutumes, ce n’est plus si simple.

Des contrariétés d’André Koffi vont naître les scènes les plus drôles du film, avec un Pascal NZonzi excellent dans ce rôle de père tête-de-mule qui finit toujours par écouter sa femme Madeleine (Salimata Kamate). André trinque, Claude jubile. Comme dans le premier, Clavier et NZonzi se cherchent et se piquent : un vrai plaisir tout au long du film !

Source : Allocine

Si je devais faire un petit reproche, ce serait surement que le rythme et le dynamisme sont moins présents que dans le premier. On rit un peu moins, mais toujours de bon cœur, ce qui contrebalance cet effet plus “mou” qu’on retrouve surtout au début. Quoi qu’il en soit, cette suite mérite d’être un succès !

Je vous laisse avec la BO du film, interprétée par Medi 😉

affiche-qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-philippe-de-chauveron

Source : Allocine

Mon avis : ☆☆☆☆☆ À voir et à revoir

Avis de la presse : ☆☆☆☆☆

Avis des spectateurs : ☆☆☆☆☆

Biseàtous

signature nathou jolies choses blog cinéma theatre voyages musique

Posté le 14/02/2019


'ON FAIT COUCOU
LES P'TITS GARS'

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Le ptit chouchou